Ego : quel est votre mode de pilotage ?

Bien que l’égo soit un concept abstrait qui revêt une multitude de définitions, il n’en reste pas moins vital d’essayer de l’apprivoiser afin de le tourner à notre propre avantage.

Comme nous allons le voir, l’égo peut agir comme une machinerie infernale générant de la souffrance mais il peut tout aussi bien représenter un gouvernail nous permettant de naviguer vers la réussite et le bien-être.

Commençons d’abord par prendre conscience de son existence en abordant une des définitions le caractérisant : celle du fondateur de la psychanalyse : Sigmund Freud.

L’égo et sa définition freudienne

Pour simplifier la définition freudienne de l’égo : il s’agit d’une entité assurant un équilibrage plus ou moins bien dosé entre :

  1. Nos pulsions internes (nos désirs, nos peurs, nos émotions, …)
  2. Notre morale et nos valeurs profondes (notre notion du bien et du mal, ...)
  3. Les signaux positifs et négatifs qui nous sont envoyés par le monde extérieur (les remarques d’une autre personne, l’échec d’un projet, la réussite d’une mission, ou tout autre événement générant en nous une émotion)

Lorsque nous vivons une expérience même la plus basique et que nos émotions interviennent, alors notre égo est de la partie et c’est lui qui arbitre…. Plus ou moins bien ! Et c’est donc de lui que découlent en grande partie nos réactions et donc notre comportement.

L’égo en mode « pilotage automatique »

Lorsqu’une personne nous critique ou nous attaque verbalement, notre égo doit assurer un arbitrage entre l’émotion négative liée à cette critique, nos valeurs morales et notre « estime de soi ».

Cet arbitrage peut déboucher vers plusieurs scénarios différents qui dépendent de notre niveau de conscience et du contrôle que l’on exerce sur notre égo.

Une personne inconsciente ou non désireuse de prêter attention à cette mécanique sera plus enclin à laisser agir son égo en mode « pilotage automatique » et c’est là que tout peut arriver …

Par défaut, l’égo est programmé pour assurer notre protection. Au moindre signe de menace externe, l’égo va sonner l’alerte et cherchera à appuyer sur tous les boutons rouges de son tableau de bord pour nous défendre.

Ainsi, en mode automatique, l’égo va déclencher une riposte violente à la moindre remarque négative reçue. C’est ce qui engendre par exemple nos réactions impulsives lorsqu’une personne nous rabaisse, se moque de nous ou nous contredit publiquement… Alors nous sortons de nos gonds et nous tentons de renvoyer à l’autre la monnaie de sa pièce, bien souvent avec une surtaxe.

A la base notre égo cherche à nous défendre mais nous rend-il vraiment service dans tous les cas ?

Que gagne-t-on à s’emballer systématiquement ? de la frustration, de la perte de temps, des conflits à gérer desquels nous ne ressortons pas vraiment grandis ? pas grand-chose qui contribue à notre bien-être en somme.

C’est pour cela qu’il est parfois très utile de désactiver le mode automatique pour passer en mode manuel.

L’égo en mode manuel

Le passage en mode manuel demande deux choses essentielles :

  • Prendre conscience de la mécanique de l’égo
  • Fournir un minimum d’effort pour le contrôler

La prise de conscience doit nous permettre de comprendre que OUI la mécanique existe et que OUI je peux agir sur elle.

La prochaine fois que vous sentirez vos émotions s’emballer, dites-vous que vous pouvez également agir en tant qu’arbitre pour aider votre égo à assurer un bon dosage sur les flux émotions qu’il doit traiter.

Cela demande un minimum d’effort mais c’est entièrement réalisable et cela fait parti du fondement de la maîtrise de soi.

Nous avons tant à gagner à s’entraîner à exercer une autorité sur notre égo.

Nous pouvons réduire notre niveau de souffrance émotionnelle. Nous pouvons cesser de perdre du temps dans des affrontements stériles avec d’autres personnes qui n’ont que pour but de laisser 2 égos en mode automatique se livrer une guerre sans merci.

Nous pouvons augmenter notre niveau de conscience sur notre environnement, ce qui nous ouvrira des portes sur des perspectives jusque-là ignorées et enfin nous pouvons tout simplement augmenter notre niveau de bien-être.

D’autres articles viendront compléter ce sujet en espérant que cela vous donnera envie de sortir du mode automatique lors de vos prochaines interactions avec le monde extérieur.

Déposez un commentaire

Je vous invite à partager vos pensées sur le sujet afin de proposer une autre façon de voir les choses, améliorer un point, ou même poser une question.
Auteur du message :

Seul votre prénom ou pseudo le sera
Ce blog et son système d’articles dynamiques ont été élaborés en partenariat avec une agence de création de site Internet localisée à Arles.