Quand l’intuition surpasse 14 mois d’analyse

Dans les années 1980, un vendeur d’art était en possession d’une sculpture grecque que l’on appelle un Kouros. Son propriétaire, affirmait que la statue de marbre datait du 6ème siècle avant J-C et fit une proposition de vente auprès du grand musée Getty situé en Californie, pour un montant avoisinant les 10 millions de dollars.

Fortement intéressé par cet objet rare, le musée lança une longue série d’analyses sur la statue afin d’en déterminer l’authenticité. De nombreuses techniques modernes furent employées pour l’occasion : rayons X, spectrométrie, etc… et toutes attestèrent de l’origine lointaine de la statue. Ce résultat fut conforté par des éléments probants comme la présence de calcite à sa surface, appuyant ainsi son ancienneté.

Convaincu par ces réponses, le musée décida d’acheter le Kouros et l’exposa au public à partir de l’année 1986. L’évènement fut fortement soutenu par les médias de l’époque : New york times, The Burlington Magazine, …

Par la suite, plusieurs experts en art virent visiter le musée pour découvrir le Kouros. La suite laissa place à quelques surprises …

Un historien en Art nommé Federico Zeri, fut l’un des premiers à manifester des doutes quant à l’authenticité de l’œuvre. En observant les ongles de main de la statue, il fut saisi par un sentiment lui indiquant que « quelque chose ne tournait pas rond ».

Evelyn Harrison, experte renommée en sculpture grecque, lors de sa visite au musée fut également frappée par une « sensation de rejet ».

D’autres visiteurs et experts en art partagèrent le même type de réaction. Chacun d’entre eux ne pouvait pas expliquer le fondement de leurs ressentis "négatifs". Il s’agissait d’une réaction intuitive associée au premier regard posé sur la statue.

Ces manifestations de l’intuition allaient toutes à l’encontre des résultats apportés par l’équipe d’analystes techniques ayant œuvré pendant plus d’un an pour le compte du musée.

Le Getty et son équipe d’avocats ouvrèrent alors une enquête pour tenter d’éclaircir ces doutes.

C’est alors qu’une série d’éléments tangibles non identifiés jusque-là vinrent mettre à défaut l’authenticité de la statue. En effet, les enquêteurs trouvèrent des preuves de falsification de courrier, des similarités avec des statues modernes ainsi que d’autres éléments troublants.

C’était une très mauvaise découverte pour le musée qui avait dépensé près de 10 millions de dollars pour se retrouver avec un Kouros falsifié.

Et pour cause, la première équipe d’analystes n’avaient pas réussi en 14 mois à mettre en lumière certains éléments clés que l’intuition de quelques experts a su révéler en seulement quelques secondes.

Il y a des situations où les plus grandes méthodes analytiques apportent les mauvaises réponses car elles omettent certains détails que seules l'expérience et l'intuition peuvent déterrer efficacement.

L’intuition et le processus du découpage en tranches fines

L’auteur du livre « Blink » Malcolm Gladwell explique que ce type de ressenti intuitif s’appuie sur un processus de « Thin-Slicing » ou de « découpage en fines tranches ».

Il s’agit de l’aptitude de notre inconscience à identifier des éléments de ressemblance à travers différentes situations, en s’appuyant sur des fines tranches d’expériences passées.

Ces experts en art ont accumulé à travers leurs longues années d’expérience des centaines ou des milliers de micro expériences qui constituent une base sur laquelle peut s’appuyer leur intuition et ainsi être capable générer des messages émotionnels tels que : « le rejet d’une idée » ou « l’approbation d’une idée »

Nos expériences sont découpées en éléments plus fins et s’entassent dans notre mémoire comme dans une immense base de données.

Notre intuition est capable en clin d’œil de faire des jointures entre les éléments que l’on perçoit dans notre environnement avec ces fines tranches enregistrées dans notre cerveau.

L’intuition est puissante mais il faut apprendre à s’en servir

L’objet de cette histoire de vise pas à démontrer que l’intuition est infaillible mais seulement à souligner la grande puissance qu’elle peut avoir dans certains cas.

L’intuition est un allier sur lequel nous pouvons nous appuyer pour prendre des décisions rapides et efficaces mais comme nous le verrons dans d’autres articles, il y a des situations ou l’intuition est très mauvaise conseillère.

Dans le développement de la maîtrise de soi, on apprend à utiliser ses intuitions de manière pertinente et cela revient à être capable de distinguer les situations où l’on peut faire confiance de manière aveugle à son intuition et celles où il faut vraiment s'en méfier.

A suivre ...

 

 

Déposez un commentaire

Je vous invite à partager vos pensées sur le sujet afin de proposer une autre façon de voir les choses, améliorer un point, ou même poser une question.
Auteur du message :

Seul votre prénom ou pseudo le sera
Cet article a été mis en page via le moteur de Blog proposé par l’équipe de création de site Internet située dans le sud de la France. Pour plus d’informations sur cette équipe d’experts vous pouvez cliquer sur le lien : création de site Internet à Alès.